Concepts
Civilisations/Dirigeants
Cités-états
Quartiers
Bâtiments
Merveilles et projets
Unités
Promotions des unités
Personnages illustres
Technologies
Dogmes
Gouvernements et doctrines
Religions
Terrains et caractéristiques
Ressources
Aménagements et routes
Gouverneurs
Moments historiques
Bà Triệu
Compétence Exclusive

Expulsion des agresseurs

Puissance de combat +5 pour les unités combattant dans les forêts tropicales, les marais et les bois. +1 PM si elles commencent le tour dans une forêt tropicale, des marais ou des bois. Ces bonus sont doublés si la case se trouve sur votre territoire.

Résumé
Bà Triệu utilise le bonus de vitesse de ses unités et le coût amoindri de ses Thành pour monter une défense efficace tandis qu'elle accumule de la culture... ou qu'elle se prépare pour une victoire militaire.
Approche détaillée
Le Vietnam est un adversaire de poids. Là où les unités des autres civilisations s'embourbent en terrain difficile, les unités militaires de Bà Triệu gagnent des PM et de la défense dans les marais, les bois et les forêts tropicales, lui donnant un net avantage dans ces régions. Parallèlement, elle peut construire des Thành sans limite de population, pour une défense renforcée de son territoire et un bonus de culture. Si les quartiers spécialisés de Bà Triệu, à l'exception du Thành qui n'en est pas un, sont limités aux bois, aux forêts tropicales et aux marais, ses bâtisseurs peuvent planter des forêts assez tôt dans la partie, libérant ainsi des cases pour de nouveaux quartiers. Le Vietnam est une civilisation à la défense très efficace, bien placée pour une victoire militaire ou culturelle.
Contexte Historique
Le Vietnam possède une longue histoire de guerres de résistance contre les envahisseurs. Certains des chefs résistants sont perçus comme des héros, ou parfois comme des divinités locales. L'un de ces premiers chefs s'appelle Triệu.

Au début du IIIe siècle de notre ère, le nord du Vietnam est occupé par le Royaume de Wu – l'un des trois royaumes chinois qui luttaient pour obtenir la suprématie sur tout le continent. La situation était particulièrement tendue, car le Wu était déjà à court d'options face à ce "sud barbare" vietnamien qui souhaite ardemment son indépendance. Les Chinois avaient sans doute en tête l'expérience malheureuse de la dynastie Han, et la révolte des Sœurs Trưng cent ans auparavant – les Vietnamiens, pour leur part, devaient certainement y penser. Et c'est dans ce cadre, dans une province qui portait alors le nom de Cửu Chân, non loin de l'actuelle Hanoï, qu'une femme remarquable se fit connaître. Bà Triệu ("Dame Triệu", ou encore Triệu Thị Trinh, même si son nom véritable n'est pas connu) combattit l'occupation chinoise, mais se révolta contre les attentes traditionnelles de la société à son égard. Elle aurait déclaré : "Je souhaite dompter les tempêtes, tuer les orques au large, chasser les envahisseurs, reconquérir le pays, défaire les liens du servage, et ne jamais courber l'échine pour devenir la concubine d'un homme, quel qu'il soit."

Dès sa jeunesse, elle connut le deuil, l'oppression et la violence. C'était une orpheline élevée par son frère et sa femme, particulièrement peu enclins à nourrir une bouche supplémentaire. La vie au Vietnam à cette époque était âpre, mais Triệu décida de ne pas se laisser faire.

À dix-neuf ans, Triệu quitta ce ménage qui l'avait maltraitée et assassina sa belle-sœur avant de partir. Elle fuit les montagnes alentour et se prépara à la guerre, jour et nuit, pendant des mois. Une immense colère brûlait en elle : à propos de son passé, de l'oppression que son peuple devait affronter, de la condition des femmes à cette époque. Elle chercha un moyen de mettre un terme à ces injustices. Le bruit se répandit qu'un guerrier exceptionnel fomentait une rébellion contre les Chinois depuis la montagne. De nombreux guerriers vinrent à Triệu. Ces rumeurs conduisirent même son frère jusqu'à elle, et il la supplia d'abandonner son combat. Mais Triệu se montra inflexible et parvint même à convaincre son frère de la rejoindre, elle et son armée de mille guerriers.

En 248, Bà Triệu passa à l'action. Elle prit part à plus de trente batailles, en utilisant des techniques de guérilla contre une force d'occupation très puissante, une situation qui se reproduisit plusieurs fois dans l'histoire du Vietnam. Dans les premiers temps, les Chinois firent l'erreur de la sous-estimer, car ce n'était qu'une femme, mais plus le temps passait, plus elle devint une figure mythique et terrifiante. D'après les légendes, elle mesurait près de trois mètres et chargeait dans les batailles à dos d'éléphant, en hurlant d'une voix puissante comme la cloche d'un temple ; elle portait une armure dorée étincelante, ou, pour certaines occasions, une robe dorée (dissimulant des seins d'un mètre, qu'elle plaçait derrière ses épaules pour chevaucher à l'aise), et maniait une épée dans chaque main. Mais le plus effrayant était sans doute sa beauté et son tempérament de feu. Grâce à ses prouesses sur le champ de bataille et son uniforme, elle reçut le nom de "Dame générale à la robe dorée".

Lu Yin, le général chargé de mater la révolte de Triệu perdit patience : non seulement son adversaire était particulièrement jeune, mais en plus, il s'agissait d'une femme. La Dynastie Wu joua la surenchère et aligna des troupes de plus en plus nombreuses au Vietnam. Impossible pour la résistance de Triệu de rivaliser. Ses armées périclitèrent, et après des mois de combats harassants, elle fut vaincue. Mais plutôt que d'être prise par l'ennemi, elle choisit sa propre fin et se serait jetée dans le fleuve. Elle avait à peine plus de vingt ans quand elle mourut.

Plus tard, plusieurs empereurs vietnamiens honorèrent Bà Triệu, comme héroïne nationale, mais aussi comme déesse.
icon_leader_default
Je veux seulement chevaucher le vent et arpenter les vagues, chasser les immenses baleines de la mer orientale, nettoyer les frontières et sauver le peuple de la noyade.

Spécificités

Civilisations

Préférences

Intentions
Défenseur de la patrie
Apprécie les civilisations qui ne lui ont pas déclaré la guerre. N'apprécie pas celles qui lui ont déclaré la guerre. Son opinion pour ces dernières diminue à chaque tour tant que la guerre n'est pas terminée, et ne remonte pas au fil du temps.
icon_leader_default
Je veux seulement chevaucher le vent et arpenter les vagues, chasser les immenses baleines de la mer orientale, nettoyer les frontières et sauver le peuple de la noyade.

Spécificités

Civilisations

Préférences

Intentions
Défenseur de la patrie
Apprécie les civilisations qui ne lui ont pas déclaré la guerre. N'apprécie pas celles qui lui ont déclaré la guerre. Son opinion pour ces dernières diminue à chaque tour tant que la guerre n'est pas terminée, et ne remonte pas au fil du temps.
Compétence Exclusive

Expulsion des agresseurs

Puissance de combat +5 pour les unités combattant dans les forêts tropicales, les marais et les bois. +1 PM si elles commencent le tour dans une forêt tropicale, des marais ou des bois. Ces bonus sont doublés si la case se trouve sur votre territoire.

Résumé
Bà Triệu utilise le bonus de vitesse de ses unités et le coût amoindri de ses Thành pour monter une défense efficace tandis qu'elle accumule de la culture... ou qu'elle se prépare pour une victoire militaire.
Approche détaillée
Le Vietnam est un adversaire de poids. Là où les unités des autres civilisations s'embourbent en terrain difficile, les unités militaires de Bà Triệu gagnent des PM et de la défense dans les marais, les bois et les forêts tropicales, lui donnant un net avantage dans ces régions. Parallèlement, elle peut construire des Thành sans limite de population, pour une défense renforcée de son territoire et un bonus de culture. Si les quartiers spécialisés de Bà Triệu, à l'exception du Thành qui n'en est pas un, sont limités aux bois, aux forêts tropicales et aux marais, ses bâtisseurs peuvent planter des forêts assez tôt dans la partie, libérant ainsi des cases pour de nouveaux quartiers. Le Vietnam est une civilisation à la défense très efficace, bien placée pour une victoire militaire ou culturelle.
Contexte Historique
Le Vietnam possède une longue histoire de guerres de résistance contre les envahisseurs. Certains des chefs résistants sont perçus comme des héros, ou parfois comme des divinités locales. L'un de ces premiers chefs s'appelle Triệu.

Au début du IIIe siècle de notre ère, le nord du Vietnam est occupé par le Royaume de Wu – l'un des trois royaumes chinois qui luttaient pour obtenir la suprématie sur tout le continent. La situation était particulièrement tendue, car le Wu était déjà à court d'options face à ce "sud barbare" vietnamien qui souhaite ardemment son indépendance. Les Chinois avaient sans doute en tête l'expérience malheureuse de la dynastie Han, et la révolte des Sœurs Trưng cent ans auparavant – les Vietnamiens, pour leur part, devaient certainement y penser. Et c'est dans ce cadre, dans une province qui portait alors le nom de Cửu Chân, non loin de l'actuelle Hanoï, qu'une femme remarquable se fit connaître. Bà Triệu ("Dame Triệu", ou encore Triệu Thị Trinh, même si son nom véritable n'est pas connu) combattit l'occupation chinoise, mais se révolta contre les attentes traditionnelles de la société à son égard. Elle aurait déclaré : "Je souhaite dompter les tempêtes, tuer les orques au large, chasser les envahisseurs, reconquérir le pays, défaire les liens du servage, et ne jamais courber l'échine pour devenir la concubine d'un homme, quel qu'il soit."

Dès sa jeunesse, elle connut le deuil, l'oppression et la violence. C'était une orpheline élevée par son frère et sa femme, particulièrement peu enclins à nourrir une bouche supplémentaire. La vie au Vietnam à cette époque était âpre, mais Triệu décida de ne pas se laisser faire.

À dix-neuf ans, Triệu quitta ce ménage qui l'avait maltraitée et assassina sa belle-sœur avant de partir. Elle fuit les montagnes alentour et se prépara à la guerre, jour et nuit, pendant des mois. Une immense colère brûlait en elle : à propos de son passé, de l'oppression que son peuple devait affronter, de la condition des femmes à cette époque. Elle chercha un moyen de mettre un terme à ces injustices. Le bruit se répandit qu'un guerrier exceptionnel fomentait une rébellion contre les Chinois depuis la montagne. De nombreux guerriers vinrent à Triệu. Ces rumeurs conduisirent même son frère jusqu'à elle, et il la supplia d'abandonner son combat. Mais Triệu se montra inflexible et parvint même à convaincre son frère de la rejoindre, elle et son armée de mille guerriers.

En 248, Bà Triệu passa à l'action. Elle prit part à plus de trente batailles, en utilisant des techniques de guérilla contre une force d'occupation très puissante, une situation qui se reproduisit plusieurs fois dans l'histoire du Vietnam. Dans les premiers temps, les Chinois firent l'erreur de la sous-estimer, car ce n'était qu'une femme, mais plus le temps passait, plus elle devint une figure mythique et terrifiante. D'après les légendes, elle mesurait près de trois mètres et chargeait dans les batailles à dos d'éléphant, en hurlant d'une voix puissante comme la cloche d'un temple ; elle portait une armure dorée étincelante, ou, pour certaines occasions, une robe dorée (dissimulant des seins d'un mètre, qu'elle plaçait derrière ses épaules pour chevaucher à l'aise), et maniait une épée dans chaque main. Mais le plus effrayant était sans doute sa beauté et son tempérament de feu. Grâce à ses prouesses sur le champ de bataille et son uniforme, elle reçut le nom de "Dame générale à la robe dorée".

Lu Yin, le général chargé de mater la révolte de Triệu perdit patience : non seulement son adversaire était particulièrement jeune, mais en plus, il s'agissait d'une femme. La Dynastie Wu joua la surenchère et aligna des troupes de plus en plus nombreuses au Vietnam. Impossible pour la résistance de Triệu de rivaliser. Ses armées périclitèrent, et après des mois de combats harassants, elle fut vaincue. Mais plutôt que d'être prise par l'ennemi, elle choisit sa propre fin et se serait jetée dans le fleuve. Elle avait à peine plus de vingt ans quand elle mourut.

Plus tard, plusieurs empereurs vietnamiens honorèrent Bà Triệu, comme héroïne nationale, mais aussi comme déesse.