Concepts
Civilisations/Dirigeants
Cités-états
Quartiers
Bâtiments
Merveilles et projets
Unités
Promotions des unités
Personnages illustres
Technologies
Dogmes
Gouvernements et doctrines
Religions
Terrains et caractéristiques
Ressources
Aménagements et routes
Gouverneurs
Moments historiques
Corée
Compétence Exclusive

Les Trois Royaumes

Science +1 pour les seowon adjacentes. Nourriture +1 pour les fermes de chaque seowon adjacente.

Contexte Historique
Le destin de la péninsule coréenne fut longtemps marqué par le conflit. De nombreuses dynasties prirent le pouvoir, en furent déchues, puis y revinrent, sur un territoire à peu près équivalent à la taille de la Grande-Bretagne. L'influence des empires étrangers, aussi bien alliés qu'ennemis, rendait l'avenir encore plus incertain face aux menaces.

L'état le plus ancien de Corée était le Gojoseon, un royaume prospère, riche en ressources naturelles et à l'agriculture prolifique. Gojoseon fut fondé par Dangun Wanggeom, probablement apocryphe en 2333 avant notre ère. Selon la légende, Dangun était l'enfant du dieu Hwanung et d'une femme-ourse très tenace, qui fit face à de grandes épreuves pour relever un défi de survie. Mais en 108 av. J.-C., Gojoseon finit par être divisé en plusieurs états en guerre.

La véritable identité coréenne apparut au Ier siècle av. J.-C., avec les Trois Royaumes. Le plus grand était Goguryeo, situé dans les montagnes du nord. Silla regroupait les territoires du sud-est, le long de la côte est, tandis que Baekje détenait les territoires du sud-ouest longeant la mer Jaune. Il existait d'autres états plus petits, tels que Buyeo ou Gaya, mais les Trois Royaumes furent les seuls en mesure de consolider leur pouvoir. Au VIe siècle, Silla avait conquis un bon nombre de ces petits états, Goguryeo avait développé une réputation martiale, repoussant ses habitants affamés vers les frontières des états voisins, tandis que Baekje préférait donner la priorité à l'agriculture et aux bonnes relations commerciales avec la Chine et le Japon.

L'appétit de Silla pour la conquête finit par se propager chez ses voisins. Bien qu'il fut l'état le plus petit des trois, les diverses alliances de Silla l'aidèrent à éviter le destin de royaumes tels que Gaya, en montant Goguryeo et Baekje l'un contre l'autre. Finalement, l'alliance de la reine Seondeok avec la dynastie Tang de Chine (cf. l'article concerné) scella le destin des Trois Royaumes. À la fin du VIIe siècle, Silla régnait seul sur la péninsule coréenne, cédant les territoires plus au nord à la dynastie Tang. Bien que le confucianisme se répandit dans la péninsule sous le règne de Silla, le bouddhisme y était vraiment florissant, et de nombreux temples et monastères furent construits.

Malheureusement pour Silla, son "système des os" traditionnel le mena à sa perte. Ce système de castes, similaire au concept de "sang royal", déterminait le rang social d'une personne en fonction du statut de ses parents. Bien qu'il fût impossible de dépasser le rang acquis à la naissance, toute personne pouvait être rétrogradée, ce qui engendra des frustrations qui menèrent à la guerre civile et au déclin du royaume.

Le royaume émergeant de Goryeo, à l'origine du mot "Corée", tira profit du déclin de Silla pour régner sur la Corée de 918 à 1392. La technologie fit un énorme bond en avant pendant la période Goryeo. L'imprimerie à caractères mobiles existait déjà en Corée près de 200 ans avant la presse de Gutenberg, rendant les textes imprimés accessibles à toute la population coréenne. Malgré les avancées rapides de Goryeo, l'agitation politique était constante, et pire, les invasions de la dynastie mongole Yuan se multiplièrent au cours du XIIIe siècle. Sur trois décennies, les Coréens endurèrent six invasions mongoles. La dynastie Goryeo finit par obtenir la paix, mais dut en contrepartie devenir un état client de la Chine mongole des Yuan.

Au milieu du XIVe siècle, l'Empire mongol était en plein chaos. Goryeo avait regagné, en grande partie, son indépendance, à l'exception du territoire du nord contrôlé par les vestiges de la dynastie Yuan. En 1388, lorsque la nouvelle se propagea que la dynastie chinoise Ming allait récupérer ce territoire, le général de Goryeo Choi Young ordonna au général Yi Seong-gye de le conquérir de manière préventive, malgré les objections de ce dernier. C'est ainsi que le général Yi entra dans l'histoire : il mena ses troupes jusqu'à l'île de Wihwa, puis fit soudainement marche arrière pour renverser le général Choi et le roi.

Yi Seong-gye se renomma Taejo, s'autoproclama roi et créa la dynastie Joseon en 1392. La politique de la Corée connut des hauts et des bas au cours des siècles, mais ses avancées en matière d'érudition ne discontinuèrent pas, à l'image du "hangeul", un alphabet phonétique coréen, et des améliorations apportées aux caractères mobiles. Le confucianisme succéda au bouddhisme, la menace mandchoue succéda à la menace jürchen, et les réformes de l'éducation du Silhak ("apprentissage pratique") succédèrent à la pédagogie de plus en plus ésotérique du néoconfucianisme.

Malgré des périodes de troubles, des conflits de pouvoir internes et les invasions étrangères, la Corée se maintint dans un état de relative stabilité jusqu'à la fin du XIXe siècle, lorsque le Japon envahit le territoire coréen pour mener ses guerres contre la Chine et la Russie. L'occupation temporaire du Japon se transforma en une occupation prolongée, se terminant par l'annexion de la péninsule. À son grand désarroi, la Corée demeura une colonie japonaise de 1910 jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Suite au conflit, en 1948, le pays fut séparé entre le nord, communiste, et le sud, capitaliste. Les deux nouveaux pays se déclarèrent la guerre en 1950, la Chine et la Russie s'alliant avec le nord, et la Coalition des Nations unies avec le sud. Après trois années terribles, la Corée du Nord et la Corée du Sud signèrent un armistice en 1953, mais pas la paix. En 2017, les deux pays sont toujours dans un état de guerre latent depuis plus d'un demi-siècle.
PortraitSquare
icon_civilization_korea

Spécificités

Dirigeants
Unités spéciales
Infrastructure spéciale

Géographie et données

Lieu
Asie orientale
Superficie
Environ 219 000 kilomètres carrés
Population
Approximativement 2 000 000 au VIIIe siècle ; 76 497 881 en 2015
Capitale
Séoul
PortraitSquare
icon_civilization_korea

Spécificités

Dirigeants
Unités spéciales
Infrastructure spéciale

Géographie et données

Lieu
Asie orientale
Superficie
Environ 219 000 kilomètres carrés
Population
Approximativement 2 000 000 au VIIIe siècle ; 76 497 881 en 2015
Capitale
Séoul
Compétence Exclusive

Les Trois Royaumes

Science +1 pour les seowon adjacentes. Nourriture +1 pour les fermes de chaque seowon adjacente.

Contexte Historique
Le destin de la péninsule coréenne fut longtemps marqué par le conflit. De nombreuses dynasties prirent le pouvoir, en furent déchues, puis y revinrent, sur un territoire à peu près équivalent à la taille de la Grande-Bretagne. L'influence des empires étrangers, aussi bien alliés qu'ennemis, rendait l'avenir encore plus incertain face aux menaces.

L'état le plus ancien de Corée était le Gojoseon, un royaume prospère, riche en ressources naturelles et à l'agriculture prolifique. Gojoseon fut fondé par Dangun Wanggeom, probablement apocryphe en 2333 avant notre ère. Selon la légende, Dangun était l'enfant du dieu Hwanung et d'une femme-ourse très tenace, qui fit face à de grandes épreuves pour relever un défi de survie. Mais en 108 av. J.-C., Gojoseon finit par être divisé en plusieurs états en guerre.

La véritable identité coréenne apparut au Ier siècle av. J.-C., avec les Trois Royaumes. Le plus grand était Goguryeo, situé dans les montagnes du nord. Silla regroupait les territoires du sud-est, le long de la côte est, tandis que Baekje détenait les territoires du sud-ouest longeant la mer Jaune. Il existait d'autres états plus petits, tels que Buyeo ou Gaya, mais les Trois Royaumes furent les seuls en mesure de consolider leur pouvoir. Au VIe siècle, Silla avait conquis un bon nombre de ces petits états, Goguryeo avait développé une réputation martiale, repoussant ses habitants affamés vers les frontières des états voisins, tandis que Baekje préférait donner la priorité à l'agriculture et aux bonnes relations commerciales avec la Chine et le Japon.

L'appétit de Silla pour la conquête finit par se propager chez ses voisins. Bien qu'il fut l'état le plus petit des trois, les diverses alliances de Silla l'aidèrent à éviter le destin de royaumes tels que Gaya, en montant Goguryeo et Baekje l'un contre l'autre. Finalement, l'alliance de la reine Seondeok avec la dynastie Tang de Chine (cf. l'article concerné) scella le destin des Trois Royaumes. À la fin du VIIe siècle, Silla régnait seul sur la péninsule coréenne, cédant les territoires plus au nord à la dynastie Tang. Bien que le confucianisme se répandit dans la péninsule sous le règne de Silla, le bouddhisme y était vraiment florissant, et de nombreux temples et monastères furent construits.

Malheureusement pour Silla, son "système des os" traditionnel le mena à sa perte. Ce système de castes, similaire au concept de "sang royal", déterminait le rang social d'une personne en fonction du statut de ses parents. Bien qu'il fût impossible de dépasser le rang acquis à la naissance, toute personne pouvait être rétrogradée, ce qui engendra des frustrations qui menèrent à la guerre civile et au déclin du royaume.

Le royaume émergeant de Goryeo, à l'origine du mot "Corée", tira profit du déclin de Silla pour régner sur la Corée de 918 à 1392. La technologie fit un énorme bond en avant pendant la période Goryeo. L'imprimerie à caractères mobiles existait déjà en Corée près de 200 ans avant la presse de Gutenberg, rendant les textes imprimés accessibles à toute la population coréenne. Malgré les avancées rapides de Goryeo, l'agitation politique était constante, et pire, les invasions de la dynastie mongole Yuan se multiplièrent au cours du XIIIe siècle. Sur trois décennies, les Coréens endurèrent six invasions mongoles. La dynastie Goryeo finit par obtenir la paix, mais dut en contrepartie devenir un état client de la Chine mongole des Yuan.

Au milieu du XIVe siècle, l'Empire mongol était en plein chaos. Goryeo avait regagné, en grande partie, son indépendance, à l'exception du territoire du nord contrôlé par les vestiges de la dynastie Yuan. En 1388, lorsque la nouvelle se propagea que la dynastie chinoise Ming allait récupérer ce territoire, le général de Goryeo Choi Young ordonna au général Yi Seong-gye de le conquérir de manière préventive, malgré les objections de ce dernier. C'est ainsi que le général Yi entra dans l'histoire : il mena ses troupes jusqu'à l'île de Wihwa, puis fit soudainement marche arrière pour renverser le général Choi et le roi.

Yi Seong-gye se renomma Taejo, s'autoproclama roi et créa la dynastie Joseon en 1392. La politique de la Corée connut des hauts et des bas au cours des siècles, mais ses avancées en matière d'érudition ne discontinuèrent pas, à l'image du "hangeul", un alphabet phonétique coréen, et des améliorations apportées aux caractères mobiles. Le confucianisme succéda au bouddhisme, la menace mandchoue succéda à la menace jürchen, et les réformes de l'éducation du Silhak ("apprentissage pratique") succédèrent à la pédagogie de plus en plus ésotérique du néoconfucianisme.

Malgré des périodes de troubles, des conflits de pouvoir internes et les invasions étrangères, la Corée se maintint dans un état de relative stabilité jusqu'à la fin du XIXe siècle, lorsque le Japon envahit le territoire coréen pour mener ses guerres contre la Chine et la Russie. L'occupation temporaire du Japon se transforma en une occupation prolongée, se terminant par l'annexion de la péninsule. À son grand désarroi, la Corée demeura une colonie japonaise de 1910 jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Suite au conflit, en 1948, le pays fut séparé entre le nord, communiste, et le sud, capitaliste. Les deux nouveaux pays se déclarèrent la guerre en 1950, la Chine et la Russie s'alliant avec le nord, et la Coalition des Nations unies avec le sud. Après trois années terribles, la Corée du Nord et la Corée du Sud signèrent un armistice en 1953, mais pas la paix. En 2017, les deux pays sont toujours dans un état de guerre latent depuis plus d'un demi-siècle.